Carnet de route

Merci Jean Claude

Le 10/03/2013 par MATTHIEU LE GALLO

 

L'idée était présente au fond de nos têtes depuis bien longtemps, mais on se disait qu'on ferait cela plus tard, après, quand on serait grand…

Noel 2012, on se retrouve autour de plusieurs pintes de Guiness dans un pub Irlandais en Bretagne : « Bon les gars, faut arrêter de déconner, c'est maintenant qu'il faut y aller, pas quand on aura une femme, 3 gamins, le labrador & un break… » C'est parti : on ira, avec 3 copains marins, voir Jean Claude en Tanzanie bientôt.

En janvier, on réserve les billets & on recherche une agence locale. Après avoir farfouillé sur les forums de voyages, on trouve l'agence Corto Safari. En recoupant des infos, on comprend que Terres d'Av &  nomades aventures leur sous-traitent les expés pour monter voir Jean Claude. Les retours des devis nous informent  que pour un même programme les agences Françaises demandent  7 à 800€ en +…On partira donc directement avec  l'agence locale.

L'ascension du Jean Claude peut se faire par 6/7 voies. Certaines « faciles » avec cabanes en dur, d'autres sportives en bivouac. Il y a des voies plus ou moins longues. On a choisit la voie la moins facile mais la  plus panoramique : la Western Breach. Elle est classé assez dur car il ya 1000 mètres de dénivelés la dernière journée pour atteindre le sommet de Jean Claude à 5895m & on avait prévu le bivouac dans le cratère à 5700m. De plus, cette dernière partie est souvent sujette aux avalanches de pierres.

Le lendemain de notre arrivée (début Mars ), on retrouve Soulé & Happy God, nos 2 guides, le cook & les 10 porteurs qui seront avec nous pendant cette ascension. Il y a plus de 600 guides sur cette montagne, des milliers de porteurs & 30000 personnes qui tentent le sommet chaque année. Il y a donc beaucoup d'argent en jeu & même si le travail est dur, c'est une bonne source de revenu pour les porteurs. Ils sont limités à 20kg & leurs conditions se sont nettement améliorées par rapport à 10/15 ans en arrière.

Après les formalités pour entrer dans le parc national, on démarre tranquillement l'ascension à travers une forêt sèche où l'on rencontre quelques singes (collobes).  Les porteurs nous doublent assez vite  et arrivent en avance au camp pour installer les tentes & préparer les repas. On montent « polé-polé » avec les guides,  «tout doucement »,   pour bien s'acclimater. Nuit à Forest Camp (2800 m).

Le 2° jour, on sort lentement de la forêt, pour entrer dans une savane de hautes herbes, de roches volcaniques, bruyères, et lichens. Nous rencontrons les premiers signes de flore afroalpine, au-dessus de 3400 m, avec quelques séneçons. Nous arrivons sur le plateau de Shira, avec une superbe vue, en fin de journée, des pentes ouest de Jean Claude. Nuit à Shira 1 (3500 m).

Le 3° jour, ce sera une journée d'exploration du plateau de Shira ; nous traversons le plateau, en passant par les  aiguilles et  la cathédrale de Shira. On prend  peu d'altitude durant cette journée,

Mais on est déjà à 3900m où l'on passe la nuit à  Shira 2.Jean Claude est toujours découvert avant 10h & après 19h, mais avec l'élévation des températures la journée, il se couvre de brume.

Le 4° jour, on se dirige toujours vers Jean Claude avec une montée  régulière jusqu'à Lava tower

Camp, situé à environ 4650 m.  On retrouve des anciens copains que l'on avait pas vu de puis longtemps : momo de tête & diahrémilie… Bonne journée, on commence a sentir les effets de l'altitude.

Le 5° jour, petite journéede marche pour atteindre Arrow Glacier Camp à 4900 m. on monte à 5000m pour l'acclimatation. En face de nous se dresse la Western Breach, faille qui remonte sur plus de 800m et débouche dans le cratère de Jean Claude. On apercoit sur la droite le glacier de Baleto et les goulottes que le grand Messner ouvra en 1976.

Cette journée ne me réussira pas, chaque gorgée de thé, soupe ou ragout repartent  5mn après rejoindre les pentes du Jean Claude. Comme je n'ai pas pu faire le plein d'énergie aujourd'hui, je paye le prix fort à quasi  5000 m : pas de summit pour moi. On discute avec le guide, et il décide que l'on descendra avec 2 porteurs cette nuit tant que j'ai encore un peu de jus.  Alors à 21h c'est parti pour les 3000m de descente en nocturne.

Réveil à 4h pour mes compagnons, à 5H ils attaquent cette dernière montée raide avec quelques passages à négocier avec l'aide des mains.  Ils arriveront au sommet vers 14H. Grand beau pour eux & moment de joie pour tous !

En retournant au bivouac dans le cratère au pied du glacier de Furtwangler, les vomissements les rattraperont. Ils discutent avec les porteurs et le 2°guide & tous le monde confirment qu'ils sont bien secoués et qu'ils vaudraient mieux descendre tout de suite dormir au camp de  Barafu à 4000m. Donc superbe mais grosse journée pour les summiters qui ne tiennent plus debout arrivé au dernier camp !

Je les rejoins  le lendemain à l'arrivée de la Mweka route pour fêter leur réussite.  A la fin de ce trek, il y a la cérémonie des pourboires (tradition anglo-saxonne), on en profite également pour laisser dus vêtements de montagne  aux porteurs les moins équipées. Tout le monde se quitte après ce superbe séjour où on en a pris plein les yeux !

On aura eu  en moyenne autour  de 20°C les journées et -5°C/(-10°C à la fin ) les nuits. Le cook arriva a nous faire des repas frais & variées tous les jours,  on aura mangé épicé  tous les jours (pas en même temps… ) et  sur la fin le manque d'appétit commenca à se faire sentir pour tous.fin février –début mars correspond à l'automne , juste avant une des deux saisons des pluies annuelles.

Après quelques jours de repos bien mérités & un bon nombre de bières tanzaniennes ..., on en a profité pour faire un petit tour au cœur du cratère du Ngorongoro, inscrit au patrimoine mondial de l'unesco. A l'intérieur des 30km de diamètre de ce cratère, vivent en harmonie « relative », des gnous, buffles, zèbres, gazelles, flamands roses, hippopotames, hyènes, phacochères en grand nombre. On a eu la chance de voir de loin un éléphant, un rhinocéros & même quelques lionnes. On a pas vu de blaireaux par contre…

Après ces 10 jours magnifiques, le retour en France sous la grisaille est radical.

Mais  qui c'est ce Jean Claude au fait ? Merci à notre champion Français de ski alpin pour ce voyage ! « L'importance dans un voyage, ce n'est pas le sommet mais le parcours qui y mène.

Mieux vaut avoir des souvenirs que des regrets, donc voyagez ! » 

CLUB ALPIN FRANCAIS ANGOUMOIS
SIÈGE SOCIAL: HALLE DES SPORTS
DE MA CAMPAGNE
41 RUE DE LA CROIX LANAUVE
16000  ANGOULEME
Contactez-nous
Tél. CAF ANGOUMOIS - Halle des Sports de Ma Campagne - 41, rue de la Croix Lanauve - 16000 ANGOULEME
Permanences :
06 72 51 41 34
Activités du club

Risques, techniques, préparation

image

                RISQUES

Plus d'infos

Webcams

WEBCAMS

          WEBCAMS

Plus d'infos

meteo

image

          METEO - AVALANCHES

Plus d'infos

TOPOS

image

               TOPOS

Plus d'infos

CONDITIONS

image

            CONDITIONS

Plus d'infos
Agenda