Carnet de route

Jeune alpiniste

Le 24/08/2017 par Laurent

Bonjour à tous, je me présente Laurent Parquier ou plutôt bob, vieux nouveau au caf d'Angoulême, oui j'ai 47 ans! bref je ne suis pas là pour vous raconter ma vie, mais plutôt ma semaine passée à Chamonix, semaine que je ne suis pas prêt d'oublier... il y a quelque temps, mon meilleur ami Jeremy Cruon alpiniste aguerri, connaissant mon rêve d'enfant, m'approcher au plus près des 4810m... et donc de m'essayer à l'alpinisme, me propose de partir quelques jours à chamonix, en camion, avec un individu alpiniste hautement qualifié qui répond au doux sobriquet de wiwi. bon très bien, pourquoi pas j'adore les nouvelles rencontres, même si je préfère les féminines, allons y pour wiwi! les présentations se font, et je sens que ces quelques jours vont me faire beaucoup de bien, vu que je venais juste de me faire lâchement larguer par ma copine! "lol mdr ptdr...snif" le chargement du camion se fait rapidement voir même à l'arrache! c'est parti pour 7h de route, musique à fond, wiwi m'a mis à l'aise direct! je vous passe l'arrêt miam du midi à côté des toilettes d'une aire de repos. toilettes, qui nous serviront par la suite de bac à vaisselle d'ailleurs... ces mecs sont décidément vraiment relax dans leur tête, j'adore ça!

 

 arrivée à Chamonix, petites courses, petites bières et direction notre lieu de villégiature, loin du bruit et des lumières de la ville, oui au milieu des bois c'est ça, mais non loin d'un bon petit restaurant qui nous servira d'alimentation pour le premier soir. Après une bonne nuit de sommeil, pipi, caca, petit dej, briefing pour choisir la course de la journée, ce sera la petite verte vu qu'elle est normalement parfaite pour un débutant comme moi (c'est sympa de penser à moi quand même)! arrivés sur le parking du téléphérique des grands montets on s'équipe, un gentil tout plein mignon stress m'envahit légèrement, mais faut y aller alors on y va! bonjour la madame du téléphérique, un aller retour s'il vous plait! oui 35€. pan!!!! doit y avoir une erreur? non non! ok, paie. merci au revoir madame. une fois sortis de cette boite de conserve de luxe, les choses sérieuses commencent! crampons piolet encordage et c'est parti pour une petite ballade tranqu.... euh c'est quoi ce mur de neige dure??? donc là je flippe un peu, surtout à la question de wiwi :"tu as déjà fait du piolet crampons bob?" réponse toute timide de ma part, non. alors on va t'apprendre! jerem est monté en tête pour m'assurer wiwi m'a expliqué les gestes à effectuer et bien là mes chers amis cafistes, vous savez quoi? je me suis senti alpiniste pour de vrai, mais pas pour longtemps, quelques petits passages aeriens sont venus interrompre mon euphorie passagère.

 

le retour s'est déroulé plutot sereinement pour moi vu que j'etais toujours coucouné par jerem et wiwi qui a du par la même occasion s'occuper d'un papa qui visiblement etait un peu perdu dans les manips à effectuer. il n'arrêtait pas de nous piquer du matériel pendant que moi je voulais lui piquer sa fille, qui plus bas grelotait en attendant son papounet cheri. non je plaisante bien sur, j'étais trop vieux pour elle, vu qu'elle avait l'âge de la fille de wiwi dont je n'ai toujours pas pu chopper le 06... relol remdr reptdr. bref à la fin de cette journée la bière de l'amitié s'est imposée! le soir même, dans notre logement roulant, le choix de la nouvelle course s'est fait rapidement puisque Jerem frétillait à l'idée de faire l'arete des cosmiques. donc le lendemain direction le téléphérique de la mort qui tue, celui de l'aiguille du Midi, qui te fait prendre 2800m d'altitude dans la tête en 15min et qui te prend 60€ en 1 seconde! là, on me présente des membres du caf de La Rochelle tous très sympas! arrivés a 3800 m nous nous équipons dans un tunnel. je n'oublierai jamais le bruit des crampons sur le sol, du matériel qui s'entrechoque sur les baudriets tout ça m'impressionnait un peu mais j'etais malgré tout attiré par l'inconnu de cette course apparemment magnifique. la météo était moyenne le brouillard un peu présent mais la course pouvait se faire. encordé, je pars en tête. Dès la sortie de cette "grotte" une belle arête s'étend devant moi, le brouillard m'empêche de voir le vide qui la borde mais peut importe c'est mes pieds que je dois regarder, ce que n'oublie pas de me dire jerem à plusieurs reprises. la course se poursuit dans un décor magique. plus loin, nous retrouvons les rochelais. ça chambre à tout va, je sens bien que l'alpinisme c'est aussi de l'amitié et de bonnes parties de rigolades, mais en ayant toujours à l'esprit l'aspect sécurité. ce qui est rassurant pour le petit bleu que je suis! les obstacles s'enchaînent, descente en rappel, petite appréhension mais j'ai adoré!!!! une dale à escalader, c'est pas encore ma tasse de thé, mais il faut y passer!

 

 encore quelques passages aeriens et c'est l'arrivée sur une terrasse touristique par une échelle de fortune, même pas peur! euh c'est qui ces gens qui veulent nous prendre en photos comme si nous montions les marches du festival de cannes? donc là je fais genre j'suis un habitué de l'alpinisme, pour les autographes mettez vous en rang deux par deux et arretez les flashs ça me donne des coups de soleil! bon je passe le moment de la bise a wiwi et jerem en versant ma petite larme de bonheur bien caché derrière mes lunettes! je suis un homme merde!!! sur la terrasse, un touriste s'approche timidement de jeremy et l'interroge sur la course que nous venons d'effectuer. jerem lui explique donc en gros le topo et le touriste de lui répondre avec non chalance:"et ca vous plait ca?"  rires contenu entre jeremy et moi... peu après les rochelais déboulent à leur tour. photos, blagues, rigolades et nous en profitons pour nous incruster habilement chez eux le soir pour une bonne douche et une bonne pitence! nous avons bien fait d'ailleurs, l'ambiance y était excellente et le repas succulant. sont vraiment adorable ces rochelais. Après une bonne nuit de sommeil, les choses sérieuses commencent, départ en bus pour l'Italie, motif, ascension du mont blanc par la voie du pape (putain, il était en forme le pape...). tout commence à val veny, pour une petite rando de 5h30 jusqu'au refuge de gonella, petite rando sympa qui deviendra vite chiante par ses blocs de rochers qui fatiguent les gambettes (me font bien rire les salles de sport avec leurs steppers...). le balisage est constitué de points jaunes bien visibles.

 

 nous marchons sur un glacier lui meme bordé d'autres glaciers, le paysage est superbe! parfois au loin des éboulements de seracs viennent briser le silence de notre ascension. l'ambiance est inhabituel pour un novice comme moi, mais j'adore ça! à l'arrivée au refuge de gonella, refuge italien donc, je suis déjà bien épuisé, mais une question me vient quand même à l'espris: " y a t'il une fernanda dans ce refuge? (les bronzes font du ski) non pas de Fernanda... puis, c'est le drame, mes yeux se portent sur une affiche qui m'a achevé, "diner 18h30 et petit déjeuner minuit! ok je vais faire une sieste! le diner n'était pas mauvais mais l'heure du coucher à sonner, 20h30! réglage du reveil minuit, rien que d'y repenser ça me refatigue... pfffff 0h00! debout là dedans! jerem me reveille alors que j'etais en plein rêve aux sechelles sur un catamaran entouré de somptueuses créatures. c'est vous dire le choc quand j'ai ouvert les yeux me retrouver a 3000m entouré de mals rasés qui puent d'la gueule! allez go! petit petit dej, sac à dos, on chausse les crampons en contre bas du refuge et c'est parti. l'ascension commence sur le glacier du dôme, la nuit est douce, silencieuse, le ciel plein d'étoiles c'est juste, beau! le pas lent et régulier, nous avançons sur cette étendue blanche et mystérieuse. je lève la tête et j'aperçois le balai des lampes frontales qui forment des chenilles sur cette pente majestueuse, j'y suis pour de vrai! un peu plus loin une petite crevasse d'un bon mètre cinquante de large stoppe notre ascension. wiwi décide de la sauter, c'était la seule chose à faire d'ailleurs. "donnes moi du mou bob" me dit il et je le vois s'élancer tel l'homme qui valait 3 milliards... mais il se transforma vite en l'homme qui tombe à "pic"!  son pied d'appel s'enfonce sur l'arete de la crevasse et wiwi se retrouve les jambes dans le vide et ses bras essayant de remonter mais en vain... ni une ni deux reflex je plante mon piolet et le maintient fermement sous moi.  en 2min wiwi se sort de ce mauvais pas et réitère le saut avec succès. je m'elance a mon tour non sans une petite appréhension et Jeremy me suis, nous pouvons reprendre notre marche.  peu de temps apres nous remarquons au loin les lampes frontales qui n'avancaient plus... mais qu'est ce donc? que se passe t'il? là, mes questions ont vite trouvé réponses, c'est la merde! nous arrivons devant une crevasse d'environ 5m de large qu'il va falloir traverser. je pense, j'en suis même sûr, que c'est le passage qui a été le plus compliqué pour moi, physiquement et nerveusement... nous commençons par descendre de 3 ou 4 mètres dans la crevasse par un semblant de marches taillées par les alpinistes qui nous précédaient, pour ensuite remonter sur la paroi d'en face qui elle faisait bien ses 7 mètres de haut! là, là, là, j'en ai chier sévèrement!!!! wiwi etait passé en tête pour m'assurer, Jeremy me suivait. piolets crampons, en avant! je suis parti d'en bas j'avais froid, arrivé en haut j'avais chaud, très chaud!!! notre ascension s'est poursuivie entre seracs et crevasses jusqu'à l'attaque des aiguilles grises vers 5h30. pendant notre petite pause "graines" on pouvait apercevoir la lueur rouge d'une ville loin dans la vallée, c'était vraiment chouette! mais il faut repartir. le jour commencait a se lever sur le piton des italiens.

 

 j'apercevais sur ma droite, encore bien loin, le sommet du mont blanc que le soleil tapissait de rouge. nous venions de passer au dessus des 4000m. je commencais à ressentir une fatigue assez importante mais je pouvais continuer. Après avoir rejoins la voie normale, la montée jusqu'au refuge vallot sera malheureusement la dernière pour moi. totalement épuisé a 4360m, je décide que pour moi, l'ascension s'arrête ici... wiwi et jerem ont continué et ont réussit a atteindre les 4810m! un grand bravo à eux! de mon côté je suis redescendu les attendre au refuge du gouter. bizarrement je n'étais pas vraiment déçu. j'ai passé 4 jours pleins de sensations, d'émotions et j'en ai pris plein les yeux! tout ça grace à toi wiwi et a toi jerem. alors je terminerai mon carnet de route par un mot un seul, pour vous mes copains! MERCI!!!

CLUB ALPIN FRANCAIS ANGOUMOIS
SIÈGE SOCIAL: HALLE DES SPORTS
DE MA CAMPAGNE
41 RUE DE LA CROIX LANAUVE
16000  ANGOULEME
Contactez-nous
Tél. CAF ANGOUMOIS - Halle des Sports de Ma Campagne - 41, rue de la Croix Lanauve - 16000 ANGOULEME
Permanences :
06 72 51 41 34
Activités du club

Risques, techniques, préparation

image

                RISQUES

Plus d'infos

Webcams

WEBCAMS

          WEBCAMS

Plus d'infos

meteo

image

          METEO - AVALANCHES

Plus d'infos

TOPOS

image

               TOPOS

Plus d'infos

CONDITIONS

image

            CONDITIONS

Plus d'infos
Agenda