Carnet de route

Chic sortie au Palas

Le 28/09/2019 par Coline Fortin

Sortie Alpi-Randonneur du 28 et 29 Septembre.

Qui dit « nouveaux » dans le groupe, dit « tu as gagné le droit de rédiger le carnet de route ». Ça c’est ce qu’on nous a annoncé dans le minibus au retour de notre beau week-end, alors tant pis pour vous, on se lance !

Départ 16h30 d’Angoulême, direction le refuge CAF de Gourette (rafraichi depuis peu) pour la première soirée. La seconde voiture d’aventuriers nous rejoint dans la nuit, dans une belle cacophonie de ronflement jusqu’au petit matin.

SAMEDI : Dring dring, il est l’heure. On m’avait annoncé un petit dej’ plutôt moyen (« 2 biscottes et de l’eau chaude pour 8 euros, c’est du vol »), mais on est gâtés je trouve. On décolle donc le ventre plein jusqu’au parking du Caillou.

Nos deux groupes se séparent dès le début : les grimpeurs partent devant. Ils prévoient de déposer les affaires au refuge, puis de se dorer la pilule sur les voies d’escalade tout l’après-midi.

De notre côté, les randonneurs, nous visons le pic d’Arriel , puis une descente non balisée vers le refuge d’Arremoulit. La balade se déroule sous un beau et grand ciel bleu, carte à la main et la douce voix de Nico qui va nous accompagner tout au long de la rando (« Et on repère les indices sur la carte, c’est PRIMORDIAL ! Hein les filllllles ! »).

Nous passons tranquillement le col de Sobe, petit coup d’œil sur l’Espagne à droite, et on file vers le pic d’Arriel. Dès le début de l’ascension, le panorama est sublime : Lac d’Arrious et d’Arrémoulit à gauche, pic d’Arriel droit devant, et Jean-Pierre avec son joli rein de Pombie qui se tient dernière nous.

Avant les derniers mètres de dénivelé qu’il nous reste, nous décidons de déposer les sacs à dos pour être plus à l’aise jusqu’au sommet.

Et là, je commence à voir des petites étoiles, la tête qui tourne et une subite envie de vomir. Pif Paf Pouf, retour à la case départ et direct en prison sans toucher les 20000 francs ! Nico prend la peine de descendre avec moi, puis remonte au sommet pour profiter de –je cite- la « sublime vue ». Pendant ce temps-là je ronge mon frein… et mon croque-monsieur par la même occasion.

On décide de se caler à l’abri du vent, pour le casse-croute, puis on entame la descente dans la caillasse.

Quelques chutes de pierres plus tard, nous voilà arrivés au refuge d’Arremoulit sous un beau soleil. Une bière fraiche, deux petits coups de lingette et 3-4 étirements plus tard …le reste du groupe nous rejoint pour une sympathique soirée dans ce tout petit refuge. Nico paye son coup -il va de nouveau être papa !- Félicitations !. Et hop, tout le monde au lit.  Au choix : en rang d’oignon dans le refuge ou au froid sous la tente (Merci au mec qui a géré les réservations ! En tout cas moi j’ai bien dormi).

DIMANCHE : Pas de temps à perdre, la journée va être longue : réveil-habillage-petit déj puis départ à 7h00 pour les alpinistes, à la lumière de leur frontale et 7h45 pour les randonneurs. L’objectif est de se retrouver au sommet du Palas, soit par l’arête sud-est ou le piton Von Martin pour les grimpeurs, soit par l’arête des géodésiens pour les randonneurs.

De notre côté (Team rando), la marche d’approche se passe très bien, on en profite pour regarder le soleil se lever sur les sommets pyrénéens et on croise le chemin d’un bel isard.  Arrivés au pied du mur (9H00), on commence à enfiler les casques et les baudriers. Seb et moi ouvrons la marche, suivis de près par Jean-Luc, tandis que Vincent et Nico encadrent Béa, qui découvre petit à petit le bonheur de la randonnée alpine. Cairn après cairn, notre petit groupe avance plutôt bien, toujours sous un magnifique soleil. Juste avant d’atteindre l’arête, on se met à douter… le vent se lèvre sérieusement et risque de compromettre notre ascension jusqu’au sommet.

Au final, ça roule comme sur des roulettes ! Perso, je prends vraiment mon pied avec ce beau temps, ce panorama de 360°C sublime, les vautours qui nous survolent et cette ambiance très agréable qui se dégage du groupe.

Grosse bise au sommet (11H00), photo souvenir et on redescend à petit pas par la cheminée Ledormeur (A GAUCHE surtout, car celle de droite est mortelle -marquée d’une croix rouge!-).

Quelle surprise ! On aperçoit au loin nos amis alpinistes en pleine ascension. On fait des grands coucou, ils nous répondent ; on regarde l’heure et là on se dit « ils ne sont pas sortis de l’auberge, la journée va être longue… ».

On poursuit notre descente en rêvant à la petite bière fraiche qu’on va se boire au bord du lac.

Arrivée 14H00. Pique nique tranquilou, histoire de bien peaufiner les coups de soleil (Dédicace à Jean Luc pour sa crème solaire périmée, ma peau s’en souvient encore) en attendant les copains.

Une partie des randonneurs entame la dernière descente jusqu’au parking (pour ne pas être brusqués par les alpinistes qui vont cavaler pour rentrer), tandis que Nico, Seb et moi attendons les grimpeurs.

Tout le monde arrive au refuge vers 16h00, biens rincés mais contents ! La sortie semblait plus longue que prévue et il aurait fallu partir plus tôt (c’est ce que j’ai entendu…).

 

On file tous vers le parking du caillou, car on a de la route qui nous attend (ça me fait râler un peu…).

Tout le monde en slip, encore une bise, on se quitte vers 18h30 et on se dit à bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Merci de nous avoir accueillis chaleureusement dans votre groupe  du CAF d’Angoulême.

 

La bise (encore)

Coline et Vincent

 

CLUB ALPIN FRANCAIS ANGOUMOIS
SIÈGE SOCIAL: HALLE DES SPORTS
DE MA CAMPAGNE
41 RUE DE LA CROIX LANAUVE
16000  ANGOULEME
Activités du club

Risques, techniques, préparation

image

                RISQUES

Plus d'infos

Webcams

WEBCAMS

          WEBCAMS

Plus d'infos

meteo

image

          METEO - AVALANCHES

Plus d'infos

TOPOS

image

               TOPOS

Plus d'infos

CONDITIONS

image

            CONDITIONS

Plus d'infos