Actualité

Les Bigourdans s'offrent «le Gaube» en apothéose !

20/05/2014
Le groupe espoir alpinisme CAF Hautes-Pyrénées sort une belle voie
Les Bigourdans s'offrent «le Gaube» en apothéose !

Le couloir de Gaube, superbe voie d'accès au Vignemale (3.298 m) est la course de neige et glace la plus mythique des Pyrénées car c'est la plus longue, débouchant sur le sommet le plus prestigieux, avec son imposante face nord de 800 m de hauteur. Mais aussi en raison de son histoire, depuis sa première ascension en 1889, sa deuxième seulement cinquante ans plus tard, ses drames et sa sortie, toujours incertaine.

Depuis cinq ans, le recul du glacier d'Ossoue a complètement changé la physionomie de cette dernière. En effet, la fonte de la glace n'alimente plus le couloir et la belle cascade de glace terminale a fait place à du rocher lisse, orné de placages dans lequel il est beaucoup plus difficile de se protéger. Il en résulte que cet hiver, seules 3 cordées ont pu réaliser l'ascension.

L'équipe espoir avait donc décidé de terminer la saison hivernale au Vignemale, après de nombreux week-ends de glace à Gavarnie ou dans les Alpes, d'entraînement au dry-tooling, d'ascensions de couloir de l'Ossau, à la Sierra de Cadi, à l'est de la chaîne. Malheureusement, les conditions de glace ont été pauvres depuis Noël, essentiellement en raison de la douceur hivernale, et il n'était pas possible de gravir certaines lignes comme l'Arlaud-Souriac ou la goulotte Lechêne.

«Malgré quatre tentatives, par des variantes de départ, nous n'avons pu passer dans cette dernière», nous a dit Éric Gérardin, un des encadrants du groupe et qui raconte le final ci-dessous.

En avant pour Gaube.

Dernier espoir d'une grande course, il restait le couloir de Gaube avec une nuit au refuge des Oulettes. Après un petit déjeuner à 3 h 30, les deux cordées (Mélaine-Victor-Eric, Manon-Mathieu) démarrent aussitôt après : «C'est pleine lune, les étoiles brillent et la neige regèle. La rimaye est franchie facilement et la progression en corde tendue est régulière. La pente se redresse par endroits mais les cordées restent sereines et montent en rythme dans les entrailles du Vignemale. Le bloc coincé se passe en s'assurant, puis plus haut un passage nécessite la pose de broches et l'assurage sur un relais. À 8 heures, il ne reste plus que les 60 derniers mètres ! 1er essai à droite mais un bloc coincé (habituellement recouvert de neige et de glace) bloque le passage. Seconde tentative par une goulotte à gauche. Encore 10 m et il n'est plus possible de placer une protection dans cette section à 80°, en mixte (rocher, neige et glace). Victor est devant. Il fait le ménage et des paquets de neige dévalent le couloir, mais en prenant son temps, il franchit les 20 m suivants et peut faire un relais sur pitons. Pour terminer, il reste 20 m dans un dièdre cheminée où l'on peut se coincer et ancrer les piolets dans un filet de glace qui commence à fondre. Enfin, la sortie au soleil qui réchauffe le physique et le mental. Et voilà, ils l'ont fait !».

Après Lara, du GEAN (Groupe excellence alpinisme national) et Sylvain, de Lourdes, ce sont encore des jeunes du CAF qui arrivent à sortir cette voie cette saison.

 

source: ladepeche.fr






CLUB ALPIN FRANCAIS ANGOUMOIS
SIÈGE SOCIAL: HALLE DES SPORTS
DE MA CAMPAGNE
41 RUE DE LA CROIX LANAUVE
16000  ANGOULEME
Activités du club
Agenda