Carnet de route

Une bouteille à la mer pour Olivier T.

Le 02/09/2021 par Matthieu LG

Cher Olivier, tu trouveras cette lettre sûrement entre deux amarrages au port des Minimes.

Nous souhaitions avec Gautier H (jeune cadet en alpinisme au club) te remercier pour ta magnifique suggestion lors des dernières AG où tu nous recommandais vraiment d’aller découvrir ce magnifique itinéraire qui est la Sud-Est.

Tout amateur de grimpe pyrénéenne aura, à coup sûr, à la simple évocation de ce nom, reconnu de quel itinéraire il s’agit. Nous souhaitions évoquer ici une des plus belles escalades de la chaîne pyrénéenne dixit le topo livre « Passages Pyrénéens ». C’est-à-dire la voie ouverte par Jean Ravier en 1953 dans la muraille de Pombie à l’Ossau.

A chaque évocation de cette voie à l’AG, je percevais lors de nos brefs échanges, de l’émotion dans tes yeux. Tu en parlais encore avec des trémolos dans la voix bien des années après l’avoir parcouru, à de nombreuses reprises.

C’est également en lisant ton article dans un des fameux numéros de notre ancienne revue Rappel, qu’une visite de cette voie nous parut obligatoire.

 

-Septembre 2019, départ matinal du parking d’Anéou. Cette fois-ci sans croiser Serge B, Robert G William M ou Pauline M derrière les parapets du parking… Ce furent à priori les derniers Angoumoisins à être aller découvrir cette voie il y a quelques années. Nous montons rapidement jusqu’au refuge de Pombie puis quelques minutes après nous arrivons au départ de la voie, commun avec sa voisine des Surplombs. C’est d’un œil distrait que nous regardons rapidement le vague topo espagnol que nous avons en main. Nous qui avons encore du mal à distinguer notre derecha de notre izquierda…

La traversée de la quatrième longueur nous emmena un peu trop à tribord, vers une vague dalle protégée il est vrai par un vieux piton mais cette dalle, au lieu de nous conduire vers les escaliers gris, nous conduisit vers une impasse. Nous nous retrouvâmes alors bien en dessous, juste à l’aplomb des escaliers gris, mais proche de la voix Tomas qui titre, elle, vers le 6c et ED... Nous envisageons alors une réchappe en cherchant désespérément au fond du sac les pitons et le marteau du club …qui sont restés au chaud, bien rangés et bien gardés par Jacques B dans son beau grenier !

Nous arrivâmes à revenir en arrière tant bien que mal et c’est donc la queue entre les jambes, le moral au plus bas, que nous repartîmes de la muraille. Un dernier regard en arrière sur cette magnifique face Sud Est ensoleillée nous fit couler les larmes à l’œil. Nous rentrâmes alors penaud sur Angoulême, sans un mot sur tout le trajet du retour, pavillon baissé ...

Il fallut alors affronter les questions des copains…

 

-Alors les gars ? cette Sud Est ? bien ou bien ?

 

-Oh bah tu vois l’Ossau, ce n’est pas facile, c’est paumatoire, il y a énormément de voies qui parcourt la muraille. C’est vraiment pour les costauds mais c’est qu’on a eu une mauvaise météo avec de la pluie et des rafales de vents énormes, mais la tempête est bonne fille, elle laisse toujours une chance au marin. C’est surtout les 3 cordées d’Espagnols devant nous qui n’avançaient pas …et Gautier H. n’avait pas la caisse et pas assez rapide le jeune dans les manips, il ne savait pas faire son nœud de huit tout seul en plus et il a eu un problème avec sa jambe de bois ou je ne sais pas quoi…  

Mais c’est sur on reviendra quand il aura plus d’expérience !

 

-Juillet 2021, nous sortons à peine de la sinistrose aiguë. Après 28 confinements, 32 doses de vaccins et 435 masques usagés, nous voilà enfin prêt à prendre le chemin des Pyrénées.

 

-Allô ? Est-ce qu’il vous resterait deux places à Pombie pour rester dormir jeudi soir ?

-Euh ….oui c’est possible…. Vous mangez le soir avec nous et vous prenez le petit déjeuner ?

-Ben on vient de loin, d’Angoulême… On arrivera tard, on ne va pas manger le soir et on part tôt le matin donc on ne prendra pas le petit déjeuner non plus.…

-Oui c’est possible de dormir…. Mais dehors et en tente les gars !

 

On comprendra rapidement que deux encadrants CAF qui ne payent pas leurs nuitées et qui ne reste pas manger au refuge forcément, ça rapporte moins qu’un couple de randonneurs assit à 18h pour l’apéro, affamé à 19h pour le repas et encore motivé à 20h pour le Digeo…

Business is Business même à  2032m !

 

Nous montâmes encore une fois d’un bon pas, toutes voiles dehors, jusqu’au refuge. Arrivée sur la terrasse de celui-ci, la vue de cette muraille nous fit une nouvelle fois forte impression et nous rappelâmes les souvenirs de notre dernier passage …

Je me rendis compte alors que je n’avais pas pris de bouteille d’eau. On en trouvera finalement une qui traînait par là et qui fera bien l’affaire. La nuit en tente fut courte mais agréable et c’est après un départ bien matinal que nous nous équipâmes au pied de la première longueur.

Je me rendis compte alors que j’avais oublié également ma nourriture !

- Dis cher Gautier H., n’auriez-vous pas une barre de céréales pour la journée à me dépanner ?

-si un vieux machin périmé, ça t’ira glandu ?

-oui ça fera bien l’affaire !Je vous en remercie mon brave.

 

Cette fois-ci, le fruit d’une lecture attentive de nos topos  ( et 2 ans d’attentes et  de rêves..) nous fera passer une excellente journée en montagne. La réputation de cette voie n’est vraiment pas usurpée.

Tu avais bien raison Olivier T, elle est sacrément magnifique.

 

On navigue à travers fissures, dalles, dièdres, escaliers, traversées, coincements, cheminée malcommode et renfougne pénible … Tout y passe ! Un vrai régal, du bon V sup à l’ancienne !

Le seul bémol (si il en fallait un) est qu’elle ne sort pas au grand pic mais cette aiguillette Jolly porte bien son nom et à la tienne Jean, Santé !

Ce fût aussi pour nous l’occasion de redescendre par la voie des vires que nous ne connaissions pas pour terminer cette bien belle journée.

 

Merci encore à toi Olivier T de nous avoir chaudement recommandé cette escalade. Cheminement astucieux qui louvoie intelligemment dans cet océan de granite de la muraille de Pombie.

 

Bon vent à toi et à bientôt au détour d’un sentier pyrénéen ou sur une table en terrasse du port de la Rochelle !

 

Un marin d’eau douce.

CLUB ALPIN FRANCAIS ANGOUMOIS
SIÈGE SOCIAL: HALLE DES SPORTS
DE MA CAMPAGNE
41 RUE DE LA CROIX LANAUVE
16000  ANGOULEME
Activités du club