Carnet de route

Aux origines du Dry Tooling…

Le 09/12/2021 par LE GALLO Matthieu

Au départ, il n’y avait que de la neige et du rocher (incliné modérément). Pas de crampons à pointes avant ni de chaussons adhérents.

Petit à petit, les bâtons ont laissé la place aux piolets droits, qui avec le temps se sont courbés , sont devenus plus agressifs.

Puis quand l’alpinisme rencontra la glace, il enfanta alors la cascade.

L’escalade libre en profita également pour prendre son indépendance en toute autonomie. Elle vit sa vie désormais loin des marches d’approches longues, froides et austères et s’épanouit pleinement, sous le soleil qui chauffe tranquillement le bon rocher, (sans oublier les apéritifs chaleureux du mercredi soir ..)

La cascade de glace continua de se développer sous l’impulsion au départ des écossais notamment qui n’ont jamais eu froid sous le quilt, les difficultés et la raideur des lignes augmentant d’années en années. Mais il manquait quelque chose. Comment aller chercher les hautes structures de glaces inaccessibles, ces stalactites qui pendent tout là-haut, au-delà du rocher vertical.

C’est en 1994, dans les montagnes du Colorado, qu’un visionnaire a pu faire ce lien entre le rocher et la glace. Jeff Lowe ouvra Octopussy, première voie en glace côté en huit. Ce chef-d’œuvre avant-gardiste constitue un des fondements du dry tooling et fit trembler tous les lecteurs des magazines spécialisés de l’époque.

 

Le « dry tooling », ce passage depuis le rocher vertical « sec », voir souvent déversant, en crampons et piolets « tooling/outils » , pour aller chercher plus haut la glace translucide attirante. Depuis ce temps, le dry s’est affranchi de la glace et s’est développé en autonomie de son côté. C’est bien souvent sur des vieux sites d’escalade délaissés, décrépis ou trop déversant qu’il s’exprime désormais pleinement. C’est une excellente école pour les voies mixtes en montagnes ou pour l’avenir de la cascade qui sera pleinement touchée par les évolutions moroses du climat à venir, en attendant le prochain âge glaciaire…

 

En France, chaque année, une compétition a lieu sur plusieurs sites officiels différents. Il regroupe les meilleurs athlètes de cette discipline. Des individus patibulaires (mais presque), aux biceps dystrophiés.

À Angoulême,  nous ne sommes pas en reste. Sous l’égide de notre leader (gourou ?) charismatique voir légèrement acharné, Yoyo, nous équipons, initions et nous entraînons dans des lieux délaissés, froids, un peu austères et franchement déversants.

Les périodes les plus propice sont donc les automnes et printemps pluvieux, à l’abri sous les surplombs.

Pour le matériel, une monopointe de crampons à visser sous une vieille paire de chaussons fait l’affaire avec une vieille paire de gants de jardinage qui vous permettra de mieux serrer vos piolets. Prenez-les bien courbés de préférence et avec des lames durcies pour le rocher. C’est une excellente école pour la gestuelle, le placement des pieds, le serrage des piolets sans trembler. Les dévers feront le reste et affûteront votre gainage. Mais vous aurez toujours un peu mal au bras, désolé…c’est l’effet ‘bouteille’.

 

Cette année fût particulièrement riche en entraînement intense, une équipe motivée de charentais s’entraîna sans relâche entre 3 confinements. Cet entraînement leur permis de se rendre sereinement à Troubat ce 17 Octobre 2021, une ancienne grotte, site d’escalade à la limite de l’Ariège,  reconverti en site officiel Pyrénéens de dry tooling. Le CAF Angoumois y brilla pleinement, en trustant le podium avec la première , troisième & quatrième places!  Reléguant ainsi les costauds pyrénéens et autres stakhanovistes russes du piochon, dans les bas-fonds du classement.

Gautier, par respect, politesse et modestie évidemment, s’inclina en finale pour laisser son maître Yoyo briller sur la plus haute marche du podium, au sommet de sa carrière de Vétéran.

Notre Yoyo su garder la tête froide malgré les nombreuses demandes d’interviews, couvertures de magazines et autres invitations officielles en final des compétitions de dry tooling...

Il continue d’encadrer chaleureusement, fidèle à lui-même,  les initiations réalisées au sein du CAF Angoumois. Mais il attend également, tapie dans l’ombre d’une de ses grottes préférées,  le passage de son prochain padawan. Celui qui qu’il pourra former (ou déformer) sous ses cris, jurons ou gentils mots pendant de longues séances très matinales ou bien nocturnes.

Tout cela dans le seul et unique but de vous faire grimper plus haut, plus fort, plus loin, plus vite, plus beau.

Merci Yoyo.

CLUB ALPIN FRANCAIS ANGOUMOIS
SIÈGE SOCIAL: HALLE DES SPORTS
DE MA CAMPAGNE
41 RUE DE LA CROIX LANAUVE
16000  ANGOULEME
Activités du club