Risques, dangers- Trousse de secours

image

 La prévention des accidents en montagne necessite:

1) LES RISQUES, DANGERS

On distinguent deux types de dangers :

Les dangers subjectifs relèvent du montagnard lui-même et/ou de la composition de la cordée:

 

  • Mauvaise préparation de course
  • Mauvaise préparation technique, physique, mentale
  • Equipement inadéquat
  • Mauvaise appréciation des conditions
  • Danger confondu avec difficulté, 
  • Vulgarisation de la montagne et de ses dangers.

  • Manque d’humilité

  • Cordée non homogène
  • L'égarement.
  • Le dévissage.
  • La fatigue.
  • Le facteur humain.
  • ...

​Voir les onglets 

 =>Techniques, Conseils, Savoirs

 =>Formations

 =>Préparation de sortie

 

 

Les dangers objectifs:  ceux qui viennent de la montagne 

 

  • La météo à ne pas négliger (froid, vent, chaleur, orage, brouillard...).
  • L'altitude.
  • Les chutes de pierres (connaitre l'influence du gel et du dégel). 
  • Les avalanches de neiges, séracs.
  • Les crevasses, ponts de neige.
  • Les corniches, stalactites, la neige qui botte, La neige gelée (la glissade).
  • La glace se dilate par grand froid et risque d'éclatter, s'il fait chaud elle devient humide et est fragilisée.

a) La météo

image

Le club alpin a réalisé une plaquette d'information sur l'orage en montagne


Document PDFPlaquette_OrageMontagne.pdf

Le site de l'association protection foudre a pour objectif  de récapituler les risques et les effets connus de la foudre.

Association protection foudre

b) Crevasses, avalanches, chutes de pierres, chutes de séracs

Cliquez sur les images ou téléchargez le fichier


Image JPEGCrevasses ponts de neige

​Voir la page détaillée sur les avalanches de neige en cliquant sur le lien  =>Neige et avalanches


Image JPEGAvalanches

c) Les corniches

image

 

 

Faire très attention à la zone de rupture des corniches

d) L'altitude

image

Le club alpin a réalisé une plaquette d'information sur les effets de l'altitude


Document PDFPlaquette_Altitude.pdf

2) LA TROUSSE DE SECOURS

DANGERS LIES A LA MONTAGNE
 
Symptômes
traitement
prévention
 
L’altitude
voir la plaquette sur l'altitude ci-dessous
maux de tête
paracétamol/aspirine
S’acclimater, monter doucement, respecter les paliers, aspirine, entrainement, hydratation
 
maux tête digestif
repos, antalgique, hydratation
MAM.
descente, caisson
Le froid, le vent, la pluie
hypothermie
protéger du froid

Attention! En cas d’hypothermie majeure, éviter un réchauffement trop rapide!

bouger, couvrir les extrémités
aspirine, pas vêtements serrées, vêtements secs
gelure
aspirine
onglée
changer sous vêtement
La chaleur création/animation d'Alice : soleil animé
déshydratation
s’hydrater
s’hydrater avant d’avoir soif
hyperthermie, insolation
refroidir la personne
hydratation, se couvrir
coup de soleil, brulure
arrêt exposition, Biafine
crème solaire, foulard
perte des lunettes de soleil ophtalmie
collyre, bander les yeux
collyre, prévoir deuxième paire
La foudre 
voir la plaquette sur l'orage en montagne ci-dessous
 
 
se séparer des objets métalliques. Eviter les crêtes, s'eloigner de la paroi, d'un arbre. S’asseoir et s’isoler du sol (sur la corde...)
 
Traumatologie
 
crampes
aspirine
entrainement hydratation
saignement nez
mèche nasale
 
diarrhée
antidiarrhéique
 
corps étranger œil
collyre
 
douleur/ fièvre
Aspirine/paracétamol
 
entorse
bandage
 
fracture
immobilisation attelle
 
ampoule
double peau
double peau
plaie
nettoyer plaie avec antiseptique, savon
stéristrips, pansement
 

 

Matériel

  • une paire de petits ciseaux pour couper les compresses, les bandes, ou vêtements.
  • une pince à écharde;
  • des mouchoirs en papier;
  • une couverture de survie;
  • une paire de gants latex
  • papier crayon, fiche d’alerte pré imprimée
Désinfection
  • savonnette type hôtel;
  • désinfectant incolore : chloréxidine (Dosiseptine 0,05 non-alcoolique), antiseptique le moins allergisant; ou Betadine® en dosette.
  • sérum physiologique (œil) en dosettes Dacudose®
Pansements
  •  dix compresses stériles 40x40;
  • un rouleau de sparadrap;
  • un paquet de bandes collantes Steristrip® de 5 mm pour fermer les plaies;
  • es pansements anti-ampoules "seconde peau" type Compeed ou mieux Algoplaque®
  • des pansements individuels de plusieurs tailles
Contention
  • une bande élastique collante (Elastoplaste® ou Strappal®) de 6 cm de large;
  • deux bandes élastiques non-collantes (type Velpeau® ou Nylex®) de 6 cm de large, qui peuvent servir pour confectionner une écharpe une contention souple;
  • une attelle modelable Samsplit® à défaut utiliser une armature de sac.
 
Médicaments non spécifiques (
  • douleurs et fièvre : paracétamol 500® ou ibuprofène 400 ®; Dextropropoxyphene-paracetamol®
  • mal aigu des montagnes Aspegic 1000® sauf allergie à l’aspirine, Acetazolamide (Diamox®)en préventif après en avoir discuté avec votre médecin.
  • diarrhées, vomissements douleurs abdominales: Spasfon®, Loperamide®, Nifuroxazide®
  • infection : antibiotiques à large spectre pour une rando de plusieurs jours;
  • conjonctivites : collyre de type antiseptique Dacudose®, emploi possible du sérum physiologique;
  • coup de soleil : biafine® ou cétavlon®
  • courbatures, entorses légères : anti-inflammatoire crème ou set de froid;
  • saignement de nez : deux ou trois coalgan®
Ces médicaments seront de préférence prescrits en  gélules ou comprimés secs. Les boites de médicaments déconditionnées en plaquettes et blisters séparés, notices d’emploi en liasse.
Sans oublier la crème de protection solaire, peau et lèvres.

3) ALERTER SECOURIR

Premiers secours, protéger, alerter appeler les secours
Recherche victime d’avalanche
utilisation DVA, pelle, sonde
Premiers secours
formation premiers secours
Alerter prévenir les secours
sifflet, faire le 112, appeler le PGHM
Connaître les signes pour signaler le besoin de secours
bras en V :oui, bras en N : non
Bivouac de fortune
choisir une zone d’accumulation de neige, creuser, faire une fosse à froid, un bâton permet l’aération, identifier l’endroit avec un fanion.
 
image
image
image

 

3) PREVENTION

 

affiche edf prevention sante

Info Prévention-Sécurité

avec EDF

  • Ne vous aventurez pas dans le lit d’un cours d’eau aux abords d'un ouvrage hydroélectrique (barrage ou centrale) même par beau temps.
  • Respectez les panneaux de danger qui bordent les cours d’eau. Veillez en permanence sur votre sécurité et sur celle de ceux qui vous accompagnent.
  • Renseignez-vous auprès des mairies sur les arrêtés préfectoraux et municipaux existants qui réglementent l’accès à la rivière.
  • Appelez le 18 ou le 112 si vous constatez une situation qui met en danger la sécurité ) des personnes, en précisant bien le lieu.

Plus d'infos sur www.edf.com




 

La maladie de Lyme

 

 

La maladie de Lyme ou borréliose de Lyme est causée par une bactérie-spirochète (Borrelia Burgdorferi). Les vecteurs habituels sont des tiques du genre Ixodes qui transmettent la maladie par leur salive lors de la morsure. Les espèces animales réservoirs peuvent héberger Borrélia et la transmettre à une tique : rongeurs, oiseaux, sangliers, renard, cervidés mais aussi bovin, cheval, mouton.
On dénombre environ 300 nouveaux cas par an, principalement dans le quart Nord-Est de la France, surtout pendant la période d’activité maximale des tiques, entre le début du printemps et la fin de l’automne.
L’infection débutante est l’érythème migrant localisé qui est généralement rouge ou violacé. Tous les adeptes des loisirs en forêt doivent savoir qu’un placard rouge, peu gênant, qui guérit spontanément, impose une consultation chez leur médecin traitant. En effet, la « guérison » spontanée cache une évolution qui peut donner dans les années suivantes des troubles généraux graves, en particulier des arthrites. Et le stade précoce de l’érythème migrant est le seul moment où on peut stopper cette évolution par un traitement antibiotique adapté.

Les efforts de prévention visent à empêcher les morsures de tique en forêt :
         _ Par le port de vêtements couvrants, d’un chapeau à larges bords, de manches fermées aux poignets, de chaussures montantes, de bas de pantalon fermés (guêtres). 
         _ Par l’utilisation de répulsifs. Le Di-ethyltoluamide (DEET) est efficace pour les concentrations supérieures à 30%. Seulement en cas d’infestation massive du lieu de promenade. 
         _ Au retour de forêt, empêcher la transmission de la maladie après morsure de la tique : en inspectant minutieusement toute la peau à la recherche d’une tique avant qu’elle n’ait pu transmettre la maladie par sa salive.

L’extraction de la tique est facilitée par le crochet O’TOM : engager la fente du crochet contre la peau, à la base de la tique, en l’abordant par le côté, soulever, et tourner le crochet « comme avec un tournevis ».

Jean-Michel LORNET

 

La leptospirose

 

La leptospirose est une maladie infectieuse mondiale, à prédominance tropicale, qui touche en France environ 300 personnes par an. Les bactéries responsables sont disséminées par les urines des animaux malades ou porteurs sains et peuvent survivre plusieurs mois, pourvu que le milieu leur soit favorable par son humidité, sa température douce et sa situation à l’abri du soleil : dans les flaques, les rivières, les canaux, les fossés, les tunnels.

Les animaux atteints ou porteurs de la maladie sont surtout les rongeurs (rat, ragondin…), mais les animaux de compagnie (chien…) et les animaux d’élevage (vache, cheval…)sont des sources potentielles de contamination pour l’homme.
L’homme contracte la maladie au contact des eaux contaminées, la pénétration des bactéries se faisant par projection d’eau dans les yeux, le nez ou la bouche. La peau saine fait écran aux bactéries mais la peau lésée (égratignures, piqûre d’hameçon…) ou macérée (au fond des bottes) est perméable aux bactéries. La baignade, la pêche, les loisirs nautiques (canoë-kayak, rafting, canyoning…) sont autant de circonstances où le risque de contamination existe. Des symptômes rappelant ceux de la grippe, fièvre, courbatures, en été ou au début de l’ automne, après que l’on ait récemment travaillé ou joué dans l’eau douce, doivent faire penser à la leptospirose et doivent faire consulter son médecin traitant.

Pour se protéger de la leptospirose :
        _ Si l’exposition est forte (tout ou partie du corps longuement immergée (pêche…), les équipements de protection individuelle sont indiqués : bottes, cuissardes, gants, …). 
        _ Après tout contact avec des eaux suspectes, toujours se laver le plus tôt possible avec l’eau du réseau. Eviter à tout prix la macération de la peau dans les bottes.
        _ Ne pas immerger une plaie cutanée 
        _ Ne pas se baigner aux mêmes endroits que les ragondins
        _ La vaccination protège des formes les plus graves mais l’immunité est de courte durée et les rappels de vaccination se pratiquent tous les deux ans.

Jean-Michel LORNET

Plus d’info :
Rapport du groupe de travail du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France 
Plaquette d’information du Ministère de la santé
Fiche technique de l’INMA

 

Montagne et coeur

 

 

Si l'exercice en montagne présente des dangers pour les sujets insuffisants cardiaques et/ou pulmonaires, il peut avoir un effet bénéfique chez les patients après infarctus du myocarde ou après chirurgie cardiaque. On sait que le maintien d'une activité physique régulière, progressive, contrôlée, réduit statistiquement le risque de récidive d'un accident  cardiovasculaire. La marche en montagne, très valorisante psychologiquement, peut répondre à cette demande.

Il faut pour cela motiver les patients après rééducation, mais ce sont souvent d'anciens alpinistes ou randonneurs ravis de retrouver leur environnement montagnard. Les randonnées en montagne se font en surveillant l'adaptation à l'effort et à l'altitude par des encadrants médicaux. Nous constatons que si la montagne n'est pas dans sa pratique adaptée aux insuffisants cardiovasculaires méconnus ou non traités, elle peut être un excellent moyen de rééducation après traitement sous un suivi médical régulier et rigoureux, rendant aux sujets porteurs d'une séquelle cardiovasculaire, un certain plaisir de
vivre et de se revaloriser.

Dr Jean-Pierre Vignat

CLUB ALPIN FRANCAIS ANGOUMOIS
SIÈGE SOCIAL: HALLE DES SPORTS
DE MA CAMPAGNE
41 RUE DE LA CROIX LANAUVE
16000  ANGOULEME
Contactez-nous
Tél. CAF ANGOUMOIS - Halle des Sports de Ma Campagne - 41, rue de la Croix Lanauve - 16000 ANGOULEME
Permanences :
06 72 51 41 34
Activités du club

Risques, techniques, préparation

image

                RISQUES

Plus d'infos

Webcams

WEBCAMS

          WEBCAMS

Plus d'infos

meteo

image

          METEO - AVALANCHES

Plus d'infos

TOPOS

image

               TOPOS

Plus d'infos

CONDITIONS

image

            CONDITIONS

Plus d'infos